Les cinq clés pour réussir en affaires

i-have-a-business-idea-that-i-think-will-work-now-what-do-i-do-next-1-min.jpg

Saviez-vous que le Québec est l’endroit où l’on compte le plus d’entrepreneurs par habitant ? Je salue le travail acharné, la passion et, surtout, la bravoure de nos dirigeants québécois. Nos entrepreneurs sont courageux parce que les statistiques de survie sont peu reluisantes. Selon Statistiques Canada, le taux de survie d’une entreprise est de 51% après 5 ans et ce taux semble surestimé parce qu’Entrepreneuriat Laval prétend plutôt qu’il est de 35%.

Pourquoi ? Quels sont les facteurs qui font en sorte qu’une entreprise va réussir à franchir le cap du 5 ans ? Selon moi, il y a cinq facteurs importants : la connaissance, le marché, les stratégies, la gestion et l’accompagnement.

1)      La connaissance : Trop peu d’entrepreneurs connaissent les variables qui permettent de rentabiliser une entreprise. Ceux qui maîtrisent les notions de coût de revient des produits et services. La connaissance en gestion est un facteur souvent déterminant dans la survie d’une entreprise. Le monde des affaires est de plus en plus complexe et gérer uniquement par le flair et l’intuition est maintenant révolu.

2)      Le marché : La base d’une entreprise est la capacité de vendre ses produits et services à des clients. Pas de client : pas d’entreprise. Vous avez une idée originale ? Assurez-vous que votre produit / service réponde à un réel besoin et que vous aurez suffisamment de clientèle, malgré la concurrence locale, régionale et maintenant internationale, pour être capable de vous tailler une place dans le marché.

3)      Les stratégies : vous avez beau avoir la connaissance et œuvrer dans un marché en abondance, mais si vous prenez les mauvaises décisions stratégiques, votre survie n’est pas assurée. Beaucoup d’entrepreneurs sont en contrôle des opérations courantes, mais ne prennent pas beaucoup de temps pour réfléchir et élaborer des stratégies en tenant compte des bouleversements politiques, économiques, sociaux, technologiques, environnementaux et légaux. Être stratégique, c’est aussi avoir une longueur d’avance sur ses concurrents.

4)      La gestion : les entrepreneurs doivent se doter d’outils de mesure et d’indicateurs afin de valider régulièrement leurs performances, tant au niveau de la gestion de la rentabilité, des liquidités de l’entreprise et du niveau d’endettement. Des carences en termes de gestion pourraient avoir des conséquences désastreuses pour une entreprise.

5)      L’accompagnement : une entreprise qui sait bien s’entourer, autant par des ressources internes de qualité que par des conseillers externes expérimentés, augmente considérablement ses chances de succès. Je recommande fortement les entrepreneurs de s’entourer de mentors et d’experts pour les guider dans leurs prises de décisions.

Le monde des affaires est complexe et les entrepreneurs, malgré leur passion, leur acharnement au travail et leur courage doivent aussi tenir compte des cinq facteurs clés de succès présentés ci-haut. Je rêve du jour où, en plus de compter le plus grand nombre d’entrepreneurs par habitant, nous ayons au Québec également le plus haut taux de réussite mondial. Bon succès à tous les entrepreneurs !

LogoMallette.png
Landry-Dany-Buste-340x340.jpg

Dany Landry est spécialisé dans un champ spécifique de la comptabilité de gestion : le coût de revient. D’ailleurs, il cumule plus de dix ans d’expérience dans ce domaine spécifique dans le cadre d’emplois très diversifiés : conseiller aux entreprises, contrôleur financier et analyste en coût de revient.

Mallette, une société de comptables professionnels agréés, regroupe 900 employés œuvrant dans différents secteurs d’activité. Leur formation, leur expertise, leurs compétences et leur engagement envers le client en font des conseillers de premier choix.